R2M :: Ready2move, clubbing party guide

Interview: Eric Powa B

Eric Mendosa

Joué et supporté par Joachim Garraud, Quentin Mosimann, Fedde Le Grand, Ummet Ozcan, Nari & Milani ou encore Timmy Trumpet et EDX, Eric Mendosa est un jeune DJ producteur en plein essor. C’est armé de son keytar (synthétiseur se portant comme une guitare) qu’il sillonne clubs et festivals pour le plus grand plaisir des clubbers les plus énergiques.


Avec plus de 22.000 followers sur soundcloud, et des milliers d’écoutes, Eric a signé plusieurs morceaux sur des labels de renom tels que Space Invaders Music (Label de Joachim Garraud), Panda Funk (Label de Deorro) et LokoSound (Label de Dj Bl3nd) pour ne citer que quelques exemples.


Et comme si cela ne suffisait pas, deux de ses titres, « Secret War » et « Fight Club », se sont retrouvés respectivement no 25 et 58 du Saint Graal Beatport Top 100 ! (Electro House).


Rencontre avec un mec qui en veut !




Salut Eric ! J'espère que l'année 2016 commence bien !


Un début d'année qui commence fort et qui laisse présager de bonnes choses pour la suite.


Tu as toujours été attiré par la musique ? Ou bien d'autres passions auraient-elles pu prendre le pas sur celle-ci ?


J'ai toujours été attiré par la musique depuis mon enfance. J'ai commencé par l'école de musique avec la clarinette et ensuite je me suis tourné vers le piano.


Penses-tu qu'il y ait une limite d'âge pour se lancer sérieusement dans le djing et la production ?


Non, il n'y a pas vraiment d'âge pour se lancer dans la musique, il faut avant tout être passionné par ce qu'on fait. Carl Cox est un exemple qui le démontre.


Quel a été l'événement qui t'a permis de réellement avoir une visibilité et de décoller ?


Les deux plus gros évènements que j'ai pu faire sont :


• le Size In The Park (festival organisé par la team Steve Angello) en Ecosse ou j'ai joué aux cotés de mon ami Jack Eye Jones dans un iglou gonflable. C'était une sacrée soirée.


• L'inox Park Paris sur la scène Talent Stage. J'ai pu rencontrer mon ami Joachim Garraud et nous avons pu échanger. Une super expérience !!!


Une de tes particularités est que tu joues du keytar en live lors de tes sets. Nous avons donc affaire à un vrai musicien passé par la case solfège ?


Oui, exactement, j'ai fait 7 ans de piano et bien sûr du solfège. Je pense que la maîtrise du solfège est un plus pour la composition musicale.


Comme tu le rappelles, tu as joué au festival INOX à Paris, LE rendez-vous incontournable de la musique électronique en France (20 000 personnes), Comment gères-tu ton stress avant un événement d'une telle ampleur ?


Je ne ressens pas tellement de stress, mais plus de l'excitation en montant sur scène.

Je n'ai qu'une hâte : c'est de partager l'instant présent avec le public.


Tes mashups passent très souvent dans des festivals prestigieux tels que les « Sensation White » de plusieurs pays et sur les ondes de radios telles que FG et Fun Radio. Quel sentiment as-tu éprouvé la première fois ?


J'ai été agréablement surpris car j'ai produit ces mashups dans mon petit studio, et voir Fedde Le grand ou Deniz Koyu les jouer au Sensation White devant plus de 40.000 personnes était juste dingue.


Comment prépares-tu un set ? Quelle est la part d'improvisation ? Penses-tu qu'il peut être judicieux de continuer dans un style risqué dès le début, mais qui suite à l'évolution de ton mix, pourrait faire évoluer les gens vers un climax allant crescendo ?


J'essaye de préparer mon set en tenant compte du lieu où se déroule la soirée. Mais j'improvise aussi selon la réaction et l'envie du public.


En tant que producteur, quelle est la part de « studio lab » que tu consacres en studio ? T'octroies-tu des sessions studio « voyage » ? C'est-à-dire de l'expérimentation pure et simple, ou bien vas-tu directement à l'essentiel en suivant scrupuleusement ton idée de départ ?


Je passe beaucoup de temps en studio pour la création et teste rapidement mes sons en club. Selon la réaction du public, je retravaille l'arrangement du titre pour qu'il soit le plus percutant possible.


Combien d'heures consacres-tu à la réalisation d'un morceau (Pré-mastering compris) ?


Cela dépend beaucoup de mon inspiration. Je peux y passer 1 à 2 semaines voire 1 mois.

Les titres produits dans un délai court sont souvent les meilleurs.


Il y a quelques années, des tracks telles que les tiennes ou d'EDM en général (progressive house post 2008) ne seraient jamais passées en radio. Elles auraient été jugées trop agressives et pas assez mainstream. Comment expliques-tu ce revirement radical ?


C'est grâce aux artistes connus tels que Hardwell ou Tiesto que les radios ont pris conscience du phénomène EDM. Aujourd'hui ce style est incontournable.


Si tu pouvais là, maintenant, tout de suite, avoir l'opportunité de signer un morceau sur un label, lequel serait-il ? Pourquoi ?


Spinnin Records, ou soyons fous Revealed Recordings (Label d'Hardwell). Signer dans un tel label serait pour moi la consécration de ma carrière artistique.


Comment décrirais-tu la scène électro belge ? Quels sont les artistes qui te viennent à l'esprit en pensant à notre petit pays ?


La scène belge est très présente dans le monde de la musique électronique avec des artistes très talentueux comme Dimitri Vegas & Like Mike, Yves V ou encore Basto.


Les réseaux sociaux ont une influence considérable dans notre vie de tous les jours et principalement dans le monde de la musique électronique. Comment arrives-tu à gérer de concert, si je puis dire, le djing, la production et ta promo sur les réseaux ?


Pour un artiste comme moi, gérer ca seul représente beaucoup de temps. Je compare ce temps souvent à la partie cachée d'un iceberg. Le public ne se rend souvent pas compte du travail effectué.


Tu cherches un manager, où envoyer sa candidature ?


Très bonne question !! C'est aujourd'hui difficile d'attirer l'attention de professionnels du monde de la musique. Pour ma part, je pense que ce sera au travers de mes prestations effectuées en club, et par la qualité des titres produits.


Tu as déjà vécu un vrai clash lors d'un set ?


Non pas spécialement, j'essaie de communiquer au maximum avec mon public.


Aurais-tu l'envie de produire un titre commercial, plus pop, afin de toucher un public plus large ?


Oui pourquoi pas, je pense que de nos jours il ne faut pas rester enfermé dans un seul style musical mais explorer d'autres voies.


La question Ready2Move : Un Scoop pour notre site? Une info croustillante que l'on ne devrait pas savoir?


J'ai pu signer chez LokoSound (le label de Dj Bl3nd). Je suis très content du résultat. Le titre est dans un style Melbourne Bounce, et sortira prochainement.


Par ailleurs, je vais signer un titre Progressive House chez Sirup Music (le label de EDX).


Merci à l'équipe de Ready2Move pour cette interview.


Merci beaucoup Eric et à très bientôt !



20 Février 2016, 14:15
by Nick In Time